En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de contenus et services les plus adaptés à vos centres d'intérêts.
 GALERIE ART PREMIER AFRICAIN GALERIE ART PRIMITIF AFRICAIN AFRICAN ART GALLERY

GALERIE ART PREMIER AFRICAIN GALERIE ART PRIMITIF AFRICAIN AFRICAN ART GALLERY

African Paris Gallery L'Oeil et la Main. Art premier primitif africain
Situation dans le site : GALERIE D'ART PRIMITIF / AFRICAN ART GALLERY » Ethnie » Songyé

Songyé



Image Songyé

Les Songyé

 

Au cours du XV siècle, les songyé migrèrent de la région du Shaba, (sud est de la république démocratique du Congo) et s’installèrent le long de la rive gauche de la rivière Lualaba, sur un plateau recouvert de savane et de forêt. Divisés en de nombreux sous groupes, les cent cinquante mille Songyé sont gouvernés par un chef central, le Yakitengé, dont la fonction demande qu’il ne montre pas d’émotions fortes, n’ait pas de contact avec les villageois, et ne boive pas en public. De plus des chefs locaux, distribuent les terrains aux villageois, mais une puissante société secrète contrebalance leur pouvoir. Contrairement à celles de leurs voisins la société Songyé est patriarcale.

Les Songyé créent des statues impressionnantes et des masques, aux traits puissants utilisés durant les cérémonies, liées à leur sociétés secrètes. Les statues sont souvent recouvertes d’accessoires. Des variations stylistiques régionales, dues à la grande étendue du territoire peuvent être observées.

 

Masques :

 

Le type de masque le plus connu est le KIFWEBE, ce qui peut être traduit par masque en dialogue Songyé. Son visage recouvert de scarifications linéaires, incisées montre une bouche rectangulaire, et un nez allongé placé entre des yeux globuleux. Il peut être masculin s’il est sculpté avec une crête centrale, ou féminin s’il porte une coiffure lisse. La taille de la crête sagittale du masque masculin indique sa puissance. Durant les initiations les circoncisions et les funérailles, un danseur recouvert entièrement de fibres végétales fait son apparition. Le porteur du masque masculin adopte une attitude agressive et imprévisible. Destiné à encourager la conformité sociale. Tandis que le porteur du masque féminin, à des mouvements plus doux et contrôlés destinés à améliorer la fertilité des femmes. Des représentations de masques kifwébé figurent aussi sur des objets liés à la société secrète , par exemple sur des boucliers.

 

Statues :

 

Les statues fétiches Songyé sont nombreuses et varient en taille, de 10 à 130 cm ; généralement masculines elles sont debout sur une base circulaire ont un torse allongé et des mains reposant sur l’abdomen. Leur grande tête représente un menton carré ou pointu une bouche entrouverte, et un nez triangulaire encadré par de grands yeux globuleux. Des bandes de métal des clous, et autres accessoires sont parfois appliqués sur le visage pour lutter contre les forces agressives et maléfiques et diriger la foudre contre elles.

De plus le haut de la tête et le ventre sont souvent creusés , afin de pouvoir contenir des substances, magiques, un spécialiste le Nganga est chargé d’attacher sur la statue des objets magiques tels que des peaux de serpent, des plumes, des colliers de métal, et des bracelets dans l’intention de renforcer son pouvoir. Parfois ces statues sont suspendues à des fins apotropaïques, à l’intérieur des maisons, grâce à des crochets de fer passés sous les bras. Les grandes fétiches destinés à protéger les communautés étaient gardés dans des huttes, tandis que des fétiches plus petits étaient réservés à un usage individuels et protégeaient contre les maladies et la mort. Les manipulations de ces fétiches avaient souvent lieu lors des phases de nouvelle lune.

 

Différentes styles de fétiches peuvent être distingués suivant les régions. Les statues du style Kalébwé, trouvés dans le nord ont un menton carré celles appartenant au style Kibéshi, sont caractérisées par un menton pointu. Le style occidental influencé par les Luba, comprend des statues dont la tête est tournée sur le côté, tandis que les statues du style oriental, portent parfois le masque Kifwébé. Enfin les statues provenant du sud du territoire songyé ont souvent un cou annelé allongé ;

Un groupe d’une vingtaine de statue et de tabouret offrant des caractéristiques stylistiques similaires tels que de grands pieds aplatis, des seins coniques, et des coiffures incisées a été identifié comme le fruit d’un travail d’un artiste ou d’un atelier actif.



Recherche
Traductions du site
Menu
Lettre d'information
Liens
Publicités